Immobilier

Impact de la Covid-19 sur le marché de l’immobilier à Paris

Impact de la Covid-19 sur le marché de l’immobilier à Paris 1

Un an après le début de la pandémie, nous avons tenté d’analyser l’impact de la Covid-19 sur le marché de l’immobilier à Paris tant au niveau des acheteurs, que des propriétaires désirant vendre leur bien. Période incertaine pendant laquelle de nombreuses économies ont vacillé et où de nombreux français ont dû revoir à la baisse leurs différents budgets, quel impact a eu la covid-19 sur le marché de l’immobilier à Paris ?

Baisse du pouvoir d’achat des français après 1 an de pandémie

La Covid-19 a eu un impact certain sur le porte-monnaie des Français, et bien que nous sommes encore loin de faire les comptes et de connaitre précisément les tenants et aboutissants de cet impact, certains foyers ont perdu davantage que les chiffres annoncés par les spécialistes. En effet une étude montre que la France résiste mieux que certains autres pays européens avec une baisse de ‘seulement’ 4% du pouvoir d’achat alors que la baisse moyenne européenne serait de 5,3%. Bien que la crise sanitaire recule, le bilan économique reste flou et la réalité, sinon le ressenti des français les plus durement touchés est largement au-dessus des 4% annoncés. Les ménages les moins favorisés, les chômeurs, les restaurateurs, les commerçants, les travailleurs à revenus modestes et tous les employés n’ayant pas pu contrebalancer une partie de ce manque à gagner par du télétravail ont été les plus affectés par la crise.

Le pouvoir d’achat est un équilibre entre le cout de la vie et le montant des revenus, et durant de longs mois, de nombreuses familles ont vu leur revenu diminuer et en parallèle leurs dépenses augmenter. En effet, pour ne citer qu’elles, du fait des différents confinements, du chômage partiel et des écoles fermées, les factures d’électricité et de nourriture des foyers français ont largement augmenté et l’on comprend aisément l’augmentation de près de 10% du découvert moyen des français et la raison pour laquelle le marché de l’immobilier est resté, sinon morose, prudent durant cette année.

L’évolution de l’immobilier en Île-de-France pendant la crise sanitaire

La covid-19 a eu pour incidence une baisse consécutive de plusieurs mois sur les biens immobiliers à Paris et dans la même période, la petite couronne et la grande couronne ont vu leur prix augmenter. En effet, alors que durant la décennie qui a précédé la covid-19, les prix sur Paris ont connu une croissance cumulée de plus de 26%, et que tout propriétaire parisien prenait cela pour un acquis que rien ne pourrait ébranler, durant l’année écoulée, les prix ont régressé de -0,5%, la moyenne au mètre carré passant à 10.350€/m² alors qu’elle avait dépassé les 11.000€/m². Parallèlement à la baisse toute relative du m² sur Paris, la chambre des notaires du grand Paris a pu en revanche constater une baisse de près de 16% des transactions dans la capitale, comparé à 2019, ceci expliquant en partie cela.

Étonnement, dans le même temps, la petite couronne a vu son prix moyen augmenter de +0,5% dans les Hauts-de-Seine, de +0,4% dans le Val-de-Marne et enfin de +0,3% en Seine-Saint-Denis. Est-ce lié aux confinements et à la volonté des acheteurs de se rapprocher d’un coin de verdure et de tenter de s’éloigner d’une grande ville ? Peut-être ! D’ailleurs les experts estiment qu’une augmentation de près de 10% des transactions est à prévoir dans la petite couronne sur l’année à venir (2021).

À moins que ce ne soit lié à leur volonté de minimiser leur investissement dans un contexte de crise sanitaire et économique, ou encore au durcissement des banques qui depuis le début de la crise ont refoulé plus de demandes de crédit, faisant passer le taux de refus de 10% à 15%.

Pourquoi l’immobilier à Paris va-t-il tenir malgré la crise sanitaire ?

Bien que les grandes métropoles françaises aient connu des reculs certains en termes de volumes de transactions, mais également en termes de baisse du prix moyen du m², Paris a su se maintenir avec une baisse très modérée de son prix au m².

Pourquoi ? Parce que Paris est Paris, et que la capitale reste la ville prisée par tous les investisseurs qui peuvent investir, et également parce qu’avec le recul de la crise sanitaire, et la levée progressive des restrictions, les touristes vont de nouveau affluer dans la capitale.

Nous avons interrogé Mme Judith Burstztejn, experte immobilière à Paris, et responsable de l’agence Mon Paris Immobilier, qui confirme la baisse des transactions constatée sur Paris, mais reste très confiante sur une reprise dès le 1er semestre 2021. En effet, malgré des prix à la baisse, le volume des transactions devrait de nouveau repartir à la hausse.

Tendances

Copyright © 2020 Aveyron Expension